Fête de Noel 2013

Voici de notre belle fête de Noel :     Le tennis club d’Eschau

La rentrée tennistique 2012-2013

Bonjour à tous! Voici quelques nouvelles de votre club de tennis préféré:   • Championnat

En exclusivité l’équipe femme se dévoile

  J’ai le privilège de vous montrer la photo officielle (2012) des tenniswomen eschoviennes,

 

Les internationaux de Strasbourg, pour combien de temps ?

janvier 15, 2012 in Alsace tennis, Tennis

Jean Gachassin (à gauche), le président de la FFT, et Denis Naegelen (à droite), qui encadrent Claude Foehry, vice-président de la CUS chargé des sports, se sont livré à un marathon, hier à Strasbourg, auprès des partenaires publics et privés des Internationaux WTA de Strasbourg. Photo Jean-Marc Loos.


Le président de la Fédération française de tennis était hier aux côtés de Denis Naegelen pour soutenir le tournoi WTA strasbourgeois auprès des instances régionales et des partenaires – existants ou éventuels – de l’épreuve alsacienne.

Jean Gachassin n’a pas été international de rugby pour rien : tout « Peter Pan » qu’il fut, lorsqu’il monte en première ligne, ça se remarque. Hier, l’ancien arrière a mis ses talents de VRP de luxe au service de Denis Naegelen, le directeur des Internationaux WTA de Strasbourg programmés cette année du 21 au 27 mai, pour rappeler combien la fédération tenait à une manifestation sportive toujours très chahutée. « Nous voulons tout faire pour que le tournoi reste en France, et tout faire pour qu’il reste à Strasbourg, assure le président de la Fédération française de tennis (FFT). Je suis venu à Strasbourg pour aider Denis et pour discuter avec les partenaires institutionnels et privés du tournoi, pour leur redire notre attachement à cette épreuve. J’ai senti de leur part une vraie volonté de pérenniser l’événement en Alsace ».

L’an dernier à pareille époque, Denis Naegelen devait faire face à la concurrence nouvelle du tournoi WTA de Bruxelles, plus richement doté que celui de Strasbourg (637 000 dollars contre 220 000).

 

300 000 euros pour boucler le budget 2012

Malgré tout, l’édition 2011 des « IS » avait été l’une des plus réussies. Un record de fréquentation (20 000 spectateurs contre 15 000 il y a deux ans), un plateau de qualité avec une joueuse charismatique (Andrea Petkovic) qui l’emporte face à « la » Française en devenir (Marion Bartoli), et un déménagement gagnant de Hautepierre au TC Strasbourg : autant de signes d’espoir pour l’organisateur haut-rhinois.

Et pourtant… Denis Naegelen doit cette fois-ci composer avec la défection de la BNP, qui a décidé de se tourner vers… le tournoi de Bruxelles, notamment pour y faire la promotion de Fortis, sa filiale belge. Manque à gagner pour l’épreuve strasbourgeoise : 90 000 euros.

« En tout, il nous manque encore 300 000 euros pour boucler notre budget de 1,2 million, indique le directeur du tournoi alsacien. Nous avons une bonne visibilité sur quelque 120 000 euros. Il nous faut donc encore en trouver 180 000. Nous n’aurons peut-être pas de sponsor aussi important que BNP. Mais si nous en trouvons dix plus petits, ça m’ira très bien aussi ! »

L’ancien joueur professionnel de tennis ne désespère pas d’équilibrer le budget du tournoi 2012 : « Je suis persuadé que nous pouvons y arriver. Les décisions se prennent en ce moment dans les entreprises et les collectivités. La présence de Jean Gachassin à nos côtés est un signe fort que nous leur adressons. Contrairement à ce que j’ai parfois pu entendre, l’édition 2012 se fera, et elle se fera à Strasbourg ».

 

Un match à l’usure

Que ce soit pour rameuter les sponsors ou attirer les joueuses, le match avec Bruxelles est lancé. Et pour Denis Naegelen, il se jouera à l’usure : « A priori, Bruxelles a plus de moyens que nous, et encore, ce n’est pas sûr… Ce dont je suis certain, en revanche, c’est que les organisateurs là-bas visent un profit à court terme, alors que nous, nous voulons installer notre tournoi dans la durée, ici, dans son nouvel écrin à Strasbourg. Dans ce contexte, notre pugnacité peut faire la différence ».

Pour autant, le directeur du tournoi sera peut-être amené à revoir son budget à la baisse : « Si jamais nous devions faire des économies pour la prochaine édition, je ne les ferai pas sur la qualité de l’accueil, en tout cas. J’attendrai probablement plus longtemps pour composer le plateau du tournoi. Car avec le temps, les prétentions financières des joueuses deviennent en général plus raisonnables ».

Le temps jouera-t-il en faveur de Strasbourg ? Jean Gachassin, qui n’a pas compté le sien hier, en est persuadé : « On aura peut-être deux, trois années difficiles. Mais il y a tout, ici, pour faire éclater ce tournoi ». Dans la bouche d’un rugbyman, ça ferait peur. Dans celle d’un président de fédération, c’est un vrai encouragement.

 

Par Jean Deutsch (L’alsace.fr : http://www.lalsace.fr )

 

Le championnat individuel senior 2012 (Bas-Rhin)

janvier 13, 2012 in Alsace tennis, Championnat, Tennis

 

Participer au championnat procure des avantages supplémentaires aux joueurs (comparés aux tournois classiques) :

  1. On remporte des points additionnels lors d’une victoire grâce « au bonus championnat ».

  2. Les matchs se déroulent exclusivement le week-end, ce qui est pratique lorsque l’on a un planning chargé.

  3. L’inscription est moins cher que les tournois classiques.

Je vous conseil donc de privilégier ce format de compétition pour ces raisons mais également pour les installations qui sont de bonnes qualité.

 

Bon jeu

 

 

ESCHAU contre-attaque (championnat)

janvier 6, 2012 in Championnat, Club, Tennis

 

La 4 ème journée du championnat hiver
(le 07 et 08 novembre 2012)


Après la trêve et les fêtes bien méritées, les équipes du tc ESCHAU se relancent dans la course aux classements. Objectifs : Remporter toutes nos dernières rencontres. Voici nos prochains adversaires :

LES RENCONTRES

H : Eschau 1 contre BOUXWILLER 1

H : Eschau 2 contre GERSTHEIM 1

F : Eschau 1 contre WESTHOUSE 1

LES DATES

Le 11 décembre à partir de 9h (à Eschau)

Le 11 décembre à partir de 9h (Gerstheim)

Le 10 décembre à partir de 14h (à Eschau)

Pour obtenir plus d’informations sur le sujet, aller dans le menu Le championnat HIVER.

Bon jeu.

 


Les premiers pas de Davy Sum sur le circuit ATP

décembre 31, 2011 in Alsace tennis, Tennis

 

Le dernier de la bande par Christophe Schnepp des DNA : http://www.dna.fr/sports/2011/12/30/le-dernier-de-la-bande

 

Mathieu, Herbert, Olivetti, Steger, Pepe, Groll, Vogt et Jeuch sont les Alsaciens à évoluer actuellement ou dans un passé récent, au sein du circuit de l’ATP. Dans leurs pérégrinations à travers les tournois, ils ont été rejoints depuis l’été dernier par le Strasbourgeois Davy Sum (-15, Ill TC).

ALLER VOIR SI L’HERBE est plus verte ailleurs est une vertu. Choisir de s’expatrier pour progresser est un acte courageux et réfléchi. Ces qualificatifs conviennent à Davy Sum (21 ans), l’un des ténors du tennis alsacien de retour au bercail depuis le printemps dernier après avoir passé quatre ans entre l’Alsace et les Etats-Unis.

Quatre ans d’études aux Etats-Unis

Né à Strasbourg, Davy se familiarise avec le tennis par son père et Alban son frère aîné. C’est au TC Lingolsheim, sous la houlette de Bertrand Perret, qu’il prend son envol et décroche des titres de champion d’Alsace chez les jeunes.

Il passe son Bac S au lycée Marie-Curie de l’Esplanade. Classé 1/6, c’est le moment de prendre une décision importante. « En France, il est difficile de concilier des études poussées et le tennis à haut niveau », résume-t-il. Mais aux Etats-Unis, c’est possible.

Le choix de s’exiler Outre-Atlantique a été payant. Davy Sum pose ses raquettes dans l’état de Caroline du Nord, dans la ville de Buies Creek, à l’université de Campbell dont l’emblème est un chameau. C’est là où il va devenir « Bachelor » après avoir décroché un diplôme en économie et marketing.

C’est là-aussi où il va travailler dur sur les courts et progresser rapidement grâce à la flexibilité du planning. « Jamais auparavant, je ne m’étais entraîné de la sorte. C’était un peu le rythme d’un Pôle espoirs. »

En mai 2011, arrivé au terme de son cursus, diplôme en poche, c’est à nouveau l’heure des choix.

Intoxication alimentaire en Lituanie

« Je ne savais pas trop quoi faire, se souvient-il. Je pouvais continuer en Masters mais la compétition n’était plus possible. »

Il opte pour la rentrée définitive en France où il est alors classé -4/6. Ses victoires aux tournois d’Ostwald (26 juin), Illkirch (10 juillet) et Saverne (14 juillet) signent son retour gagnant en Alsace. « J’ai vraiment bien joué », se souvient-il.

Le grand tournant intervient quelques jours plus tard lorsque le « team » Herbert (Pierre-Hugues le joueur et Jean-Roch le coach) lui propose de l’emmener dans les pays baltes pour découvrir les tournois Future et faire office de sparring-partner.

« C’était une très bonne opportunité et une belle expérience. De plus, étant classé -4/6, je pouvais jouer les qualifications de ces tournois ». Ce qu’il fait à Vilnius (Lituanie) où il réussit à sortir de ces « qualifs ». Puis il bat un Suédois au premier tour du tableau final ce qui lui donne son premier point ATP. Coup d’essai, coup de maître !

La suite est moins drôle : après cette victoire, Sum est victime d’une intoxication alimentaire. « Je me suis évanoui. Je pars à l’hôpital où je finis sous perfusion… Le tournoi est terminé pour moi. »

La semaine d’après, il est à Jurmala, en Lettonie. Il a le feu vert des médecins et gagne son premier tour des qualifs par abandon de son adversaire, victime lui aussi d’une… intoxication alimentaire. Sum entre à nouveau dans le tableau final où il prend une «tôle» contre le Letton Juska au 1 er tour.

Du plaisir au TC Plaisir

Lancé dans le grand bain, il découvre les exigences de ce niveau, les joies des victoires, les longs voyages (où il s’entraîne avec ses tours de cartes à jouer) et l’obligation de savoir bien s’organiser. En septembre, il passe un tour au Future de Mulhouse avant de vivre ce qui est, à ce jour, le plus grand moment de sa carrière naissante.

«Le tournoi du TC Plaisir est le plus abouti à ce jour, raconte-t-il. Je sors des qualifications et j’arrive jusqu’en quart de finale où je mène 6-3, 4-4 contre Forcin avant de perdre. Au tour précédent, contre Reix, j’avais sorti un super match.»

Puis ce fut Leimen (Allemagne) où il est repêché au dernier moment («J’étais à la douche ! ») pour le tableau final.

Fin octobre s’arrêtent ses états de service. Davy Sum est blessé à l’adducteur. Le repos et les soins s’imposent. Le 18 décembre, il réapparaît en interclubs avec l’Ill TC mais ce n’est pas encore la grande forme. Le prochain essai est prévu début janvier dans le tournoi de son nouveau club.

«Tant que je progresserai, j’insisterai»

Dans l’optique où les voyants repassent au vert, il espère bien enchaîner avec les Future de Bagnoles, Bressuire et Feucherolles.

Si Lionel Romann s’occupe de sa préparation physique, Davy Sum n’a pas de coach attitré. « Ce serait bien mais ce n’est pas gratuit…» Dès que possible, son père vient le voir jouer. «Son avis m’est important».

Le Strasbourgeois n’est pas effrayé par cette solitude qui est le pain quotidien d’une très grande majorité de joueurs.

Physiquement, il sait où se renforcer. Dans le jeu, il a appris qu’être trop défensif coûte de l’énergie et qu’il faut posséder un service efficace et régulier. «J’ai envie de continuer, dit-il. De tenter cette aventure sur un ou deux ans. Tant que je progresserai, j’insisterai.»

par Christophe Schnepp des DNA.

 

Bon jeu.

 


 

Les 10 matches marquants de l’année 2011

décembre 27, 2011 in Tennis, Vidéo

 

Voici une sélection des dix matches les plus marquants de la saison retenus par eurosport.

 

Dix moments suspendus, parfois longs, aussi bien sur le circuit masculin que féminin qui ont eu une place à part en 2011. Et vous, quelles rencontres vous ont le plus marqués ?

1. FEDERER – DJOKOVIC

Roland-Garros – Demi-finale – 3 juin

Victoire de Federer: 7-6, 6-3, 3-6, 7-6

A nos yeux, voilà, sans contestation possible, le match de l’année. On veut même bien prendre le pari qu’il s’inscrira dans les mémoires au-delà de cette seule saison 2011. Un vrai bijou, qui doit beaucoup au talent unique de Roger Federer. Pourtant, le Suisse n’a pas vraiment les faveurs du pronostic lorsque débute cette demi-finale. Il reste sur trois échecs de suite contre Novak Djokovic, dont un, très net, à l’Open d’Australie, déjà en demie. Le Serbe fait figure d’épouvantail. Il n’a plus perdu depuis six mois (c’était face à… Federer, au Masters) et vient d’aligner 41 victoires de rang. Il ne lui en manque plus qu’une pour égaler le record de John McEnroe. Quant à Federer, ses références récentes sur terre battue n’incitent pas à l’optimisme. Mais en cette fin d’après-midi, le temps d’un match, le Bâlois retrouve sa baguette magique. Il produit un tennis d’une qualité étourdissante. Il empoche le premier set au jeu décisif, mais aurait dû le plier plus tôt. Puis il continue sur sa lancée. Un coup de moins bien dans le troisième set permettra à Djoko de se relancer mais à la tombée de la nuit, d’un ultime ace, Federer boucle ce qui restera comme l’un des matches les plus aboutis de sa carrière. Au passage, il a peut-être privé Djokovic du Grand Chelem ce jour-là…


———————————————————————————————————————————————————————————————————————————

2. NADAL – DEL POTRO

Coupe Davis – Finale – 4 décembre

Victoire de Nadal: 1-6, 7-6, 6-1, 7-6

Le tout dernier match de l’année 2011 a également été l’un des plus beaux. Avec cette forme d’intensité qui n’appartient qu’à la Coupe Davis. Usé par ses cinq heures de combat deux jours plus tôt contre David Ferrer, Juan Martin Del Potro n’a pas les moyens de jouer à fond en permanence. Physiquement, l’Argentin connaît donc logiquement un trou d’air de plus de deux sets qui va peser lourd dans le résultat final. Mais avant cela, il martyrise Rafael Nadal comme peu ont su le faire sur terre battue, lors d’une première manche rondement menée (6-1… mais plus d’une heure de jeu !). Mais de cette fantastique bagarre, on retiendra surtout le quatrième set, absolument fantastique. Douze jeux et pas moins de huit breaks, quatre de chaque côté, des rebondissements à gogo avant un jeu décisif à sens unique, remportée par Nadal. Le Majorquin a ainsi fini 2011 en beauté en offrant le point du titre à l’Espagne. Mais Del Potro, que l’on n’avait plus vu à ce niveau depuis deux ans, a toutes les raisons de croire en son étoile après un tel match.

———————————————————————————————————————————————————————————————————————————–

3. NADAL-DJOKOVIC

US OPEN – Finale – 12 septembre

Victoire de Djokovic: 6-2, 6-4, 6-7, 6-1

N.1 mondial depuis peu, Novak Djokovic est, à New York, au sommet de son art et cette finale de l’US Open est la touche finale de son chef d’œuvre dessiné cette saison. Ce match ponctue une quinzaine spéciale, où le Serbe a vécu un démarrage entrombe (trois 6-0 en deux matches), deux abandons (face à Niland au 1er tour et Tipsarevic en quarts) et un miracle face à Federer deux jours plus tôt. Face à lui dans cette finale qui se joue un lundi en raison des intempéries ayant bouleversé le programme, Rafael Nadal, tenant du titre, se bat comme un beau diable pour ne pas perdre sa sixième finale de suite contre le même homme. Après une joute de plus de quatre heures, l’Espagnol rend les armes face à ce Djokovic-là, aussi puissant que précis. Même acculé en fond de court par un Nadal très agressif, le Serbe remet tout, notamment à grands coups de revers. La balle de break de Djokovic à 6-2, 0-2 en est une belle illustration avec, au final, le Majorquin qui rabat la balle d’un smash dans le filet et qui se fait prendre à son propre jeu. Après avoir concédé les deux premières manches, Nadal fournit un effort incommensurable pour remporter le troisième au jeu décisif. Une débauche d’énergie qu’il paiera cash dans le quatrième acte, perdu 6-1. Après le Petit Chelem de l’Espagnol, Djokovic réalise le même exploit un an après, remportant là son dernier trophée de la saison. Mais cela, il ne le sait pas encore.

 


 

La suite sur le site d’Eurosport : http://www.eurosport.fr/top-class_blog164/les-10-matches-marquants-de-l-annee_post1641381/blogpostfull.shtml

 

Bon jeu.

 

Championnat D’Alsace de Doubles 2012

décembre 23, 2011 in Championnat, Club, Tennis

 

Bon jeu.

 

Récapitulatif hiver avant la trêve (championnat)

décembre 21, 2011 in Championnat, Club, Tennis

Tout est dit


Le club a engagé 2 équipes masculines et 1 équipe féminine.

Les résultats par équipe :

HIVER 2012 ÉQUIPE FEMMES 1

HIVER 2012 ÉQUIPE HOMMES 1

HIVER 2012 ÉQUIPE HOMMES 2

Bon jeu.

 


Le père Noël joue au TC ESCHAU

décembre 17, 2011 in Club, École de tennis

 

 

Les joies de Noël exclusivement réservées aux enfants de l’école tennis

 

La Tennis’s Noël (c’est-à-dire la party des enfants) a eu lieu le samedi 10 décembre dans la bonne humeur. Entre joie et jeux, les jeunes joueurs de tennis ont pu s’amuser toute une journée (animations, jeux, …), voici 2, 3 photos de l’évènement. Si vos enfants veulent s’épanouir et devenir de bons sportifs venez nous rencontrer, nous serons ravis de vous compter parmi nous.

 

 

Bon jeu

 

 

 

 

Les dernières news du championnat

décembre 13, 2011 in Championnat, Tennis

 

 

 

 

 

L’équipe 2 hommes hiver 2012                                                             L’équipe 1 hommes hiver 2012

 

Les résultats du Week-end :

 

Samedi, les femmes eschoviennes ont remporté 3/2 le choc de cette 2ème rencontre contre le tc DAMBACH LA VILLE. Si vous désirez les scores détaillés, je vous conseil d’aller directement au site Gestion championnat

 

Dimanche, les 2 équipes hommes ont lutté lors de leurs rencontres respectives :

Victoire : Eschau (1) 5 – 0 Ottrott (1)

Défaite : Eschau (2) 1 – 4 Plobsheim  (1)

Gestion championnat

 

Le club tient à féliciter le joueur suivant pour sa perf durant la deuxième journée du championnat :

  • FRITSCH Jérôme (30) bat 6/3 6/1 JAEGER Roger (15/5)

 

la prochaine journée de championnat aura lieu le samedi 17/12/2011 pour les femmes et le dimanche 18/12/2011 pour les hommes.

 

Bon jeu.




N°1 alsacien de tennis, à quel prix ? (L’Alsace.fr)

décembre 10, 2011 in Alsace tennis, Club, Tennis

 

Par Jean Deutsch de L’Alsace.fr (http://bit.ly/sn3ewp)


Pierre-Hugues Herbert, 33e joueur français et 336e mondial, est encore loin de faire fortune dans le tennis, un sport qui peut rapporter beaucoup à condition d’y investir énormément.

Des heures et des heures d’entraînement, des milliers de matches : il faut en passer par là pour devenir un joueur de haut niveau. Le parcours jusqu’au sommet est parsemé d’adversaires redoutables, de risques de blessures. Mais le plus difficile, pour faire carrière, ce n’est pas le jeu : c’est l’argent.

 

Alors que son fils Pierre-Hugues s’escrime sur les courts du monde entier, Jean-Roch Herbert, son père et entraîneur, Marjolaine, sa maman, et leurs proches s’évertuent à rassembler les dizaines de milliers d’euros nécessaires à financer une saison du bambin. Cette somme couvre les frais de compétition (26 409 € en 2010), le SMIC que se dégage Jean-Roch Herbert – enseignant de tennis qui suit son fils à l’année – et les vacations de Grégory Rousseaux, qui s’occupe occasionnellement de la préparation physique du n°1 alsacien.

 

« Pour 2011, la première saison complète de Pierre-Hugues sur le circuit ATP, on devrait atteindre les 70 000 € de frais », estime même Jean-Roch Herbert, qui a investi personnellement 41 367 € dans la formation du Bas-Rhinois entre 2004 et 2010. Avec, à la clé, un 9e rang mondial chez les juniors en 2009 et 1200 places mondiales gagnées chez les seniors, entre juillet et décembre 2010.

 

La carrière chez les juniors de « P2H » lui a également permis de décrocher des wild-cards dans des tournois challengers ou même, cette année, en qualification et dans le tableau de double de Roland-Garros (voir « Le chiffre »).

 

Le jackpot Roland-Garros


Des épreuves beaucoup plus rémunératrices que les tournois « Future » comme celui du TC Illberg, remporté par l’Alsacien en septembre. « Après la victoire de Pierre-Hugues à Mulhouse, des gens pensaient qu’il avait gagné 15 000 dollars, raconte Jean-Roch. Ils ne comprenaient pas que c’était la dotation globale de l’épreuve ! ». Cette fois-là, « Ugi » s’était contenté de 1750 € pour ses victoires dans le tableau de simple et de double – soit huit matches au total. À titre de comparaison, une défaite au 1 er tour du tableau final de Roland-Garros rapporte, à elle seule… 15 000€ ! Et une victoire ? Le jackpot : 25 000 €, l’équivalent des gains de Pierre-Hugues Herbert sur une saison complète.

 

« Même s’il commence à générer du prize-money, Pierre-Hugues ne peut pas encore assumer à lui tout seul la charge financière d’une saison », reconnaît Jean-Roch Herbert. À 20 ans, l’Alsacien n’est pas loin de ce top 200 qui lui permettrait d’intégrer les tournois les plus lucratifs. Un Graal pour des milliers de joueurs. Mais autant renoncent à leur rêve chaque année, par manque de résultats et de moyens.

 

BIO

 

Pierre-Hugues HERBERT

Né le 18 mars 1991 à Schiltigheim (Bas-Rhin). 21 ans, 1,85 m, droitier, revers à deux mains. Débute le tennis à 3 ans au TC Lampertheim. Titulaire de l’Abibac (bac franco-allemand).

• Club: TC Strasbourg (depuis 2005).

• Classements mondiaux: 336 e ATP (meilleur classement : 305 e le 31/10/2011). Évolution : 1206 e le 22/03/2010 ; 904 e le 30/08/2010 ; 498 e le 27/12/2010). EN DOUBLE: 127 e ATP (meilleur classement). EN JUNIOR: 9 e mondial en 2009.

• Classement français: n°33 en 2012. Évolution : 30/4 à 10 ans, 30 à 11 ans, 5/6 à 14 ans, 0 puis -2/6 à 17 ans, -30 à 18 ans, n°60 en 2011. N°1 alsacien.

• Palmarès: vainqueur du GP Barrisol 2011, tournoi Future du TC IIlberg ; vainqueur des tournois de double des Challengers d’Orléans 2010, Cherbourg et Saint-Rémy de Provence 2011 (avec Renavand) ; champion de France 2 e série de double 2010 (avec Sichez) ; vainqueur de Wimbledon junior en double 2009 (avec Krawietz) ; demi-finaliste de l’US Open junior 2009 en simple ; champion de France juniors 2009 de double (avec Olivetti).

 

le 08/12/2011 à 05:02 par Jean Deutsch (L’Alsace.fr http://bit.ly/sn3ewp)

 

Bon jeu.